Kanye s’est pris une West

Kanye West – 808s and Heartbreak

Date de sortie Française : 25/11/08
Tracklist :
01. Say you will
02. Welcome to heartbreak
03. Heartless
04. Amazing
05. Love lockdown
06. Paranoid
07. Robocop
08. Street lights
09. Bad news
10. See you in my nightmare
11. Coldest winter
12. Pinocchio story

Extrait : Coldest winter

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

After tonight, there will be no return

Mercredi 8 avril. Contrairement à celle de Rick Astley, la carrière de Kanye West était en plein boom quand, comme Sophie Marceau, elle a fait boum. Les assassins derrière cet acte d’une violence médiatique rare ne sont autres que Trey Parker et Matt Stone, les créateurs de South Park et de la nouvelle identité du chanteur de Chicago : Gay fish. Ou poisson gay. Mais le pire, c’est que leur parodie de Heartless est parfaite.

Qu’est-ce qu’il lui reprochent exactement à ce pauvre Kanye Roberto West (un de ces noms peut ne pas être le vrai) ? En gros, d’être un sale con arrogant. Et ils ont bien raison. Je veux dire, non seulement il se prend pour un génie et se balade de plateau télé en studio d’enregistrement en le clamant ouvertement, mais en plus quand il a un accident de bagnole, il fait un morceau, quand sa mère meurt, il fait un morceau, et quand sa meuf le jette, il fait un album.

Cet album, que nous allons ici aborder, c’est 808s and Heartbreak. Et la bête est relativement surprenante: je ne connaissais pas vraiment Kanye West avant de l’écouter. Je pensais que c’était du rap : j’étais bien bête.

I don’t wanna be a Robocop

4ème album studio de Kanye West, le titre nous prévient d’entrée sur la nature de son contenu : 808, un modèle de synthé de la mythique marque Roland© et Heartbreak, pour appuyer sur le fait qu’il est maintenant célibataire ; et avec ça, on a un déjà bon résumé de l’album.

Comme c’est très à la mode en ce moment, Kanye West surabuse du Vocoder et a donc une voix de machine à laver ; pour les exemples récents, je vous invite à écouter du Snoop Dogg, Chris Brown ou à peu près 75 % du hip hop importé cette année : merci l’auto-tune. Heureusement, les featurings de l’album apportent quelques « vraies » voix et cassent un peu le rythme imposé à coup de chant nasillard.

Le son est très bon et donne un disque cohérent, axé grand public mais très sympa quand même.

En effet, d’un bout à l’autre le CD est calme, paisible, enchaîne les beats répétitifs et les rythmes de tambour africanisants comme on peut voir dans le clip de Love Lockdown. Le dernier morceau enregistré en studio, Coldest Winter, représente très bien cette symbiose réussie. Il est accompagné de Heartless et de Welcome to Heartbreak, deux chefs d’oeuvre aux clips qui agressent les yeux: l’un en cartoon multicolore, l’autre encodé avec des codecs DivX mauvaise version… L’instrumental de son Paranoid qui rappelle des morceaux sympas de Daft Punk, dans un genre plus classique. Il a pourtant les moyens de se payer VLC c’est gratos bordel!
La playlist est quant à elle parfaitement menée, vu que les morceaux sont tous calmes et s’enchaînent bien: bref c’est tout ce que j’aime comme dirait McDonald’s.

We never never know, Never never know…

Un très bon album donc, mais dont le sujet a déjà été traité en long, en large et en travers: la rupture amoureuse. Le véritable génie de Kanye West, c’est d’arriver à créer un monde cohérent autour de ce CD, et ce par une imagerie et des vidéos particulièrement riches: on n’est pas obligés d’y adhérer mais si on se laisse porter par sa musique.

Honnêtement, ce n’est pas un CD vers lequel je me serais tourné a priori (j’ai plus tendance à lurker du côté des CD de groupes de métal slovène ou suédois avec des noms sortis du Seigneur des anneaux en fait), mais après l’avoir écouté, je pense que c’est un des rares albums originaux qu’on ait eu depuis le début de l’année. Bien ficelé, alliant une électrosoft aux sons du piano et d’instruments que l’on entend (mal)heureusement pas souvent, le tout inséré dans une démarche esthétique et artistique assez complète, il restera un moment dans mes oreilles.

C’est finalement peut être ce que lui reprochent les créateurs de South Park, le dessin animé le plus con et donc le plus mieux de l’univers: ce bon vieux Kanye West veut être partout, être le meilleur, et il peut pas s’empêcher de nous le crier. Si jamais sa carrière se remet de la mandale qu’il a prise la semaine dernière, il aura mérité tout le succès du monde, et au moins, gagné un fan.

BigFatGio.

Pour écouter un peu mieux, voire télécharger légalement le CD:

Le dernier Kanye West Kanye West - 808s & Heartbreak

Ceci dit, je vous conseille aussi d’écouter Gay fish, long version, en téléchargement gratuit, reprise de Heartless par les Dieux de l’humour subtil et léger :

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Pour télécharger, c’est ici !

Tags: , , ,

4 Responses to “Kanye s’est pris une West”

  1. Tresch says:

    Putain moi les voix vocodées utilisées comme ça je peux paaaas

  2. HugeNoseLnL says:

    Pour la musique il y a du bon, un problème c’est les niveaux sonores de certaines bandes, genre musique à 160dB de plus que la voix c’est un peu beaucoup, mais sinon un album intéressant, à écouter pour s’en faire une idée..

  3. Bigjox says:

    Je plussoie Tresch. A mort l’auto-tune.

  4. Tresch says:

    Ptain même en version mobile ce blog déchire sa race. On s’y remet quand au fait?