Unrelated to Brad

Passion Pit – Manners

Date de sortie : 18/05/2009
Tracklist :
01. Make Light
02. Little Secrets
03. Moth’s Wings
04. The Reeling
05. Eyes As Candles
06. Swimming In The Flood
07. Folds In Your Hands
08.To Kingdom Come
09. Sleepyhead
10. Let Your Love Grow Tall
11. Seaweed Song

Extrait : Little Secrets

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Je crois qu’on ne se rend pas bien compte de la responsabilité qui est incombée à l’auteur de blog lambda, l’auteur comme le blog. Imaginez donc, un jour un mec trouve un truc cool sur le net, se dit « ah ouais mais ça déchire en fait », puis remarque que ça a pas l’air d’être très connu, et paf il poste dessus. Un article entier. Et là, bam, trois mois plus tard le truc cool devient Coldplay. Ou U2. Ou Madonna. Imaginez un peu. Non content de vivre dans une opulente luxure, de goûter au stupre comme aux paradis artificiels, v’la t-y pas que notre petit auteur de blog devient célèbre. Et tout le monde l’attend au tournant. Et il a peur. Sa vie est foutue.

Néanmoins, parce que c’est vous et parce que je ne recule devant rien, surtout lorsque je peux sentir une protubérance me caresser langoureusement le bas des reins, je suis prêt à marcher le risque, et fort même : ce que je vous présente aujourd’hui, c’est cool, c’est fresh, c’est bien, et même que si c’est pas connu et que si ça devient pas connu plus tard ben en tout cas ça gagnerait au taquet à l’être. Avec une phrase comme ça, Proust aurait sûrement déclaré un truc genre « Tresch m’as tuer ».

Passion Pit. Encore des ricains, ça faisait longtemps. Mais attention, l’autre type d’américains : pas les « yo ma bitchies where you at », ici on flirte dangereusement avec le côté psycho-psychédélique de la nouvelle vague Indie-Electronique. Déjà, quand j’ai vu qu’ils avaient pu faire les premières parties d’un mec comme Girl Talk, j’ai su que ça allait être bon. Et le pire, c’est qu’ils ne se sont formés qu’il y a deux ans.

Pour faire court et concis et sir, j’oserais affirmer que Passion Pit c’est un peu MGMT, la naïveté en plus et surtout une bonne lourdeur en moins. Là où le sponsor officieux de l’UMP a une très forte marque personnelle dans sa musique, électronique, planante, et surtout très présente, on se retrouve ici face à un courant d’air pop où les chaudes mélodies synthétiques nous rappellent le meilleur des Junior Senior et où les envolées lyriques du chanteur ténor nous propulsent haut, et loin. Sur ce Manners, sur ces quarante-six si courtes minutes, rien n’est à jeter, bien au contraire.

C’est sur une note tout à fait enfantine que débute l’album avec Make Light. Le rythme entrainant pourrait être celui d’une comptine sympathique et les montées en puissance sont délicieusement nostalgiques. L’ensemble est léger et coloré, bien au contraire de la pochette, sombre et massive. Vient Little Secrets qui est vraiment LA grosse découverte qui tue grave, grave, grave de Manners. C’est funky, ça bouge, ça te mets un big smile comme pas possible comme ça te renvoie dans la cours de récré où l’insouciance et la joie règnent. Ouais, j’suis comme une vieille devant un chaton malade pour cette chanson. Moth’s Wing sonne comme une confession intimiste et comme un ciel d’été en fin de journée. The Reeling c’est une aprèm passée à jouer au foot, Eyes As Candles une ronde autour d’un feu de camp, que du bonheur. En ce sens Swimming In The Flood fait une rupture, plus mélancolique, comme un doute, comme quelqu’un perdu dans ses pensées. Ce n’est que pour être mieux suivie de Folds In your Hand qui a tout d’une immense explosion de joie, la conséquente folle adrénaline qui va avec. To Kingdom Come sonne plus classiquement comme de la pop, mais le fait d’une manière très efficace ; Sleepyhead, l’ovni de l’album arrive juste après. Toujours dans le même thème, c’est un présentoir des performances de la voix du chanteur de Passion Pit : c’est aigu sans être entêtant, pas ma préférée de l’album certes mais superbe quand même. Let Your Love Grow Tall met la tête dans les étoiles comme jamais avant d’amener Seaweed Song, fermant le livre magnifique qu’ont écrit Passion Pit avec Manners.

Ce qu’on en retiendra surtout, c’est l’efficacité avec laquelle le groupe arrive à implanter de superbes orgasmes musicaux, comme je me plais à les appeler, dans chacune des chansons tout en construisant quelque chose de différent et de très efficace autour. Le mot de la fin sera : c’est bien, c’est beau, c’est Passion Pit.

PS : Ils passent à Toulouse bientôt. –insérer fap noise ici-

Tresch

Pour le Myspace, Amazon et iTunes, c’est par là :
Passion Pit - Manners Passion Pit - Manners Passion Pit

Tags: , , , ,

2 Responses to “Unrelated to Brad”

  1. BigFatGio says:

    C’est pas mal. En fait je connaissais déjà, vu que Technikart en a déjà dit du bien, il y a genre 6 mois. Donc estime-toi soulagé d’un poids, celui d’être le découvreur.

    Cela dit, comme tout ce qu’ils surkiffent dans Technikart, je trouve que ça casse pas des briques… et si tu te mets à aimer le rock psyché tu te rapproches pas mal du hippy là, Tresch. Fais gaffe!

  2. Doric says:

    Je saigne des oreilles.