Lettre d’amour

Ses nuits, bercées par la pénombre, sont comme ses journées d’un blanc immaculé ; et sa fraicheur, fine et piquante, ne saurait être balayée que par la douce chaleur d’un foyer. Oui, aucun doute, janvier se fait notre hôte et nous accueille en cette nouvelle année ! C’est pourquoi BigFatGio et moi-même nous joignons donc pour vous souhaiter une riche et musicalement transcendante année 2010, puisse-t-elle vous apporter joie et bonheur comme sexe et chaleur !

Mais revenons un peu à nos moutons musicaux. Un air, une mélodie, une chanson : oui, nous parlons de toutes ces choses qui, chaque jour, nous transportent et nous bougent. Nous parlons de cette mélopée qui, doucement le matin, fait que tu te réveilles le sourire aux lèvres – juste après avoir balancé ton putain de réveil de merde sur le mur. Celle-là même qui prendra tes larmes dans cette scène magnifique du film que tu regarderas ce soir. Celle-là aussi, que tu découvriras d’un clic hasardeux sur Internet et qui t’emmènera loin, loin de ton écran d’ordinateur. Cet hymne sur lequel tu t’égosilleras la prochaine fois en boite, toi, tes meilleurs potes et vos dizaines de grammes d’alcool. Cette suite de 1 et de 0 qui te permet un peu de te détacher de tes problèmes, et qui te fait rire, partager, aimer. Cette émotion.

C’est quand même fou ce que c’est beau, la musique.

Alors au final, peu importe que tu écoutes du reggae, du rap français, de la musique classique, de l’électro, du hip hop, du ska, du rock, de la pop, de la techno, du jazz, du breakbeat, de la dance, de l’extreme death chocapic, du r’nb, du disco, de l’alternative, du métal, de la trance, du drum & bass, du downtempo, du lounge, du blues, du country, du funk, de la minimale, de la house ou quoi que ce soit d’autre.

Tant que toi aussi, minute après minute, jour après jour, la musique te fait littéralement kiffer. Elle te prends les tripes à pleines mains, te retourne le ventre, libère tes pensées, te fait sauter toujours plus haut. On aura beau cracher sur toi le hippie, sur toi le fashiontek, sur toi le métalleux, à la barbe tellement longue que tu pourrais la passer entre tes jambes, l’accrocher à tes cheveux et la porter en sous-vêtements, ce qui compte au final c’est que tu l’aimes, ta musique.

Donc bonne année, pleine de découvertes et de redécouvertes, d’exaltantes surprises et de déceptions, parce que cela fait aussi partie de ce grand voyage qu’est la vie. Dans tous les cas, que la musique reste à vos côtés pour aller toujours de l’avant et grandir et atteindre tous les sommets. Pas de place pour les regrets et les remords, ce qu’il faut, c’est foncer.

Et puisqu’on aime bien dire ce qu’on fait et ne pas faire ce que l’on dit, on va profiter de cette petite lettre d’amour à la musique pour nous rétrospectiver, peu importe le degré de saleté que cela implique.

Depuis le Chakanight, David Guetta a sorti le single promis, « Sexy Bitch », et l’album qui va avec. Et qui fracasse. Tellement qu’il fracasse, il s’est heurté à la censure américaine : le duo avec Akon se voit rebaptisé, les paroles modifiées, on parle maintenant de « Sexy chick ». Pour rester dans le ton, on peut aussi souligner que le single de reggaelectropopvomi de Bob Sinclar a fait un four, ce qui découragera peut-être son auteur de continuer à sortir des CDs. Les DJs de radio continuent de sévir, tout comme les groupes de techno de merde dont s’abreuvent les clubbers et tuneurs en manque de sensations.

Du point de vue des albums chroniqués, nos avis ont peu évolué: les commentaires apportés sur l’article concernant Mylène Farmer n’ont fait que confirmer ce que BigFatGio pensait de certains de ses fans, comme quoi l’adage « Y a des cons partout » ne saurait mentir. Sinon, en bref, on apprécie un peu plus MGMT et Kanye West, Basshunter et Günther font toujours de la merde, on a complètement oublié les tubes de cet été ou encore La Roux

Rob Dougan est toujours aussi bon et aussi pas connu, et semble être beaucoup trop occupé par les vignes héraultaises pour daigner se consacrer à quelque chose de nouveau. BigFatGio a ses places pour Prodigy au Zénith de Paris en avril, et est toujours fan de Rammstein – comme le montrera le prochain article, quel cliffhanger, vous êtes tous sur les dents là hein -. Girl Talk déchire toujours autant mais pas de grosses nouvelles de son côté, SebastiAn quand à lui devrait (enfin) sortir son premier album cette année, et nous fait d’ores et déjà languir avec Threnody. Passion Pit gagne encore et toujours en popularité et commence à passer sur les grandes ondes, et les voir en live déchire beaucoup.

Parlons maintenant nouvelles technologies: l’article de Tresch sur le sujet est resté lettre morte, mais Twitter devient à la mode: les musiciens, les acteurs, et même les politiciens français se le sont approprié. Le mois dernier, les candidats des présidentielles en Ile-de-France se clashaient par touits interposés, et même Georges Chétochine en a un. Par contre, Bob Sinclar n’a toujours pas répondu à notre commentaire.

Voilà, ce bref tour de l’année passée touche à sa fin… Accueillons maintenant l’an deux mille dix gnement.

BigFatGio & Tresch

Tags: , , , , ,

3 Responses to “Lettre d’amour”

  1. Détju says:

    J’ai tout lu. B)

  2. El_machete says:

    J’aime tes jeux de mots débiles.

  3. lalala says:

    Salut!
    Puisque je ne sais pas ou poser cette question ô combien puissante, bah je la met en commentaire sur un de mes blogs préférés:

    Un jour, j’étais tombé sur un clip (en cliquant sur un lien dans le forum de canardpc) filmé avec un appareil photo, super bien foutu. En gros un gars se cassait de chez ses parents, rencontrait une meuf, vivaient du vol, et se fait buter par la meuf à la fin (ceci était un critère d’identification très important ranu!)
    Il me semble que la zik en arrière plan était de thomilla:
    http://www.deezer.com/listen-2304213
    Mais je suis pas sur, et j’adorerais pouvoir vérifier. Problème: je retrouve plus le clip en question.
    Donc je demande aux érudits fans de David G (ou pas). Merci et gros bisous!