Posts Tagged ‘Jay Style’

Fun Extravaganzaminator Mix From Hell Cocotte-Minute Night Party

Wednesday, October 21st, 2009


Comme je vous plains. Comme je vous comprends aussi. C’est sur, ça ne doit pas être facile. Des milliers de personnes vous adulent. Des millions, peut être. Vous avez la réputation d’être parmi l’élite, les meilleurs, le sommet. La crême. Mais au final, tout ce travail, tout cet acharnement, tout ce dévouement : pour quelle récompense ? Pour rien. Que dalle. Nada. Peanuts. Comme je vous comprends. Je vous comprends car, au final, votre position, c’est un peu celle d’un enfant perdu dans la rue un soir de Noël, un peu celle d’un chaton abandonné qui lutte pour trouver une coupelle de lait à laper dans son carton ; un peu celle de l’auteur d’un super blog que personne ne lit. Ou pas. Karel, Jay-Style, Mico, Lionel, Kash, Morgan Nagoya, Romuald, Geoffrey Baldet et tant d’autres que j’oublie encore, c’est à vous que cette lettre s’adresse. Je viens juste de citer vos noms, et personne n’a encore compris de quelle merde je veux bien encore pouvoir parler putain de bordel. Je crois que je vais chialer.

Oui c’est à vous, DJs infortunés mais pas d’infortune, résidents de radios que la décence et le bon goût m’empêchent de citer, fiers piliers des phénomènes « Party Fun », « NRJ Extravaganza » et tant d’autres (oups, ne viendrais-je pas justement de citer les radios en question ?) que cette lettre s’adresse. Comme je vous plains.

Ca ne doit pas être facile, ça non. Je vous écoutais, l’autre jour, l’oreille hagarde alors que de nuit je conduisais ma voiture. Trois Guettas en moins d’une heure. Deux No More Love. Le dernier Lady Gaga. Trois bootlegs finis à la pisse et au coin de table en guise de transitions. Je crois même avoir entendu du Cascada. Et du reggae. Ah non, c’était No More Love.

Il va bien évidemment de soi qu’aucune personne sensée en ce monde n’aurait un jour l’idée d’un tel… enchaînement. C’est tellement facile. Tellement simple(t). Un peu comme une blonde en quelque sorte. Personne donc, sauf un de ces saaaaaleeees déééémoooooons capitaaaaliiiiisteeees assoiiiféééés par les doooools et la réussiiiiiite, maaaaan. Les salauds. Vous faire ça, à vous. Je suis sûr que vous êtes doués à la base, au moins au double deepthroat après péné anale, car mine de rien vous officiez sur les plus grandes radios de France aux grandes heures d’écoute : les soirs de weekend après dix heures, où tout le monde est soit déjà en boîte, soit déjà assez torché pour arriver à supporter ça. Soit les deux. En tout cas, votre ennui doit être profond, et cela se ressent tout à fait quand une oreille un peu aguerrie vous écoute. Pour ces raisons on vous pardonnera donc les calages constamment décalés, les cuts qui feraient passer un E.T. enculant une vache pour un truc pas sorti de nulle part, les superpositions bonnes à œdèmer le plus vaillant des systèmes vasculaires. C’est normal.

En fait votre boulot, c’est un peu celui d’un nettoyeur de fosse sceptique : vous videz les bacs (de Cds) de merde que les gens remplissent par leurs (fautes de) goûts immondes. Quel travail ingrat.

À bien y réfléchir, je sais pas trop au final. Peut être qu’en vérité vous êtes constamment défoncés à un cocktail de kétamine – héroïne – laxatif pour éléphant et que vous kiffez vraiment ce que vous faites. Peut être qu’en fait vous n’existez pas, purs fruits de l’imaginaire collectif créé par des entreprises malveillantes (ouaaaaiiiiis le capitaliiiiiisme quoiiiii (ta gueule le hippy)). Peut être êtes vous des robots.

Dans tout les cas, je vous plains. Et sachez bien que le sacrifice neuronal que vous faites pour la nation, je l’admire. Je vous admire. Reste à espérer que tout cela ne soit pas fait en vain.

Un peu comme un super article de super blog que personne ne lit, en fait.

Tresch